Accueil Stress Prévenir et équilibrer le diabète via la gestion du stress

Prévenir et équilibrer le diabète via la gestion du stress

3 juin 2024
Rédigé par Inès Mouldi Inès Mouldi

Selon l’OMS, au cours des trois dernières décennies, le nombre de diabétiques a quadruplé. Il est également prévu que cette maladie métabolique affecte plus de 1.3 milliard d’individus dans le monde d'ici 2050. Ces chiffres, plus qu’alarmants, soulèvent des interrogations sur les causes cette expansion épidémiologique. Alors que l'alimentation est couramment incriminée, il devient de plus en plus évident que le mode de vie contemporain, et surtout le niveau élevé de stress qu’il génère, joue un rôle déterminant dans la compréhension, la prévention et la gestion du diabète.

Quel lien entre le stress et le diabète ?

Découvrons comment se déploie la relation entre le stress et le diabète et quels sont les mécanismes expliquant ce lien.

Le stress, un facteur étiologique du diabète

Diverses études scientifiques ont établi une corrélation significative entre les émotions et le diabète.

La recherche longitudinale menée par Novak et son équipe (2013) a suivi pendant plusieurs années une cohorte, dont certains participants  ont développé plus tard cette pathologie métabolique. Elle a révélé que ces individus percevaient un stress quotidien plus élevé que les autres personnes qui ont fait partie du groupe étudié. Les résultats de ces travaux ont énoncé que les sujets qui subissent un stress chronique ont 45 % plus de risques de présenter un diabète, et ce, indépendamment de leurs IMC et de leurs statuts socio-économiques.

Une étude ultérieure dirigée par Harris et ses collègues en 2017 a confirmé ces conclusions en mettant en évidence une probabilité accrue de développer le type 2 de la maladie par  les femmes soumises à un stress professionnel significatif.

Les voies d’action du stress sur la glycémie

Sur le plan physiologique, l’essai de compréhension de la relation entre la maladie métabolique et l’état psychique a révélé que certaines hormones libérées face à un stress, et principalement l’adrénaline, sont en cause. Il faut noter que cette catécholamine joue effectivement un rôle capital dans la régulation de la glycémie.  Plus elle est produite, plus l’indice glycémique serait important.

Par ailleurs, il est essentiel de ne pas oublier que le stress désorganise le mode de vie du sujet. Le manque de sommeil, la sédentarité et une alimentation riche en sucreries ne feront donc que participer au risque de développer un diabète ou de déséquilibrer le taux de sucre dans le sang.

Le diabète agent stressant reconnu

Dias et ses collaborateurs (2020) ont montré que le cortisol, l'hormone du stress, est produit en quantité accrue chez les sujets présentant un taux élevé de sucre sanguin.

Cela signe ainsi une connexion bidirectionnelle entre le diabète et le stress. Cette interaction crée donc un cercle vicieux qu’il est capital de rompre pour la prévention et la gestion équilibrée de la maladie.

Les signes d'alerte à surveiller pour détecter un risque de diabète lié au stress

Il est essentiel de noter qu’il existe deux types de diabètes. Le type 2 est beaucoup plus courant que le 1. Et dans les deux cas, nous retrouvons parmi les signes avant-coureurs une polydipsie (augmentation de la soif) couplée à une envie d’uriner plus fréquente ainsi qu’une fatigue importante. Nous observons également des variations pondérales.

Ainsi, si un sujet qui passe par une période sensible remarque ces manifestations en plus des symptômes de stress (irritabilité, agitation, difficulté de concentration, troubles du sommeil, une tendance à l’isolement…), il doit rapidement consulter son médecin traitant. 

Le praticien lui prescrira probablement des analyses sanguines pour vérifier sa glycémie. Si celles-ci, effectuées à jeun, révèlent un taux de sucre dans le sang situé entre 0.70 et 1.10 g, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Mais cela ne devrait pas dispenser de suivre les mesures préventives que nous développerons dans la section qui suit.

Comment gérer son stress pour prévenir le diabète ?

Selon les statistiques de 2021, en France, près de 4 millions de personnes sont diabétiques, et cette population souffre de l’impact de sa maladie sur sa qualité de vie. Heureusement, pour éviter de subir cette pathologie et son fardeau, il est possible de recourir à des méthodes naturelles.

L'importance de l'alimentation dans la prévention du diabète lié au stress

La science a démontré qu’un régime cétogène constitué de 90 % de lipides, 8 % de protéines et de 2 % de glucides permet de prévenir le diabète et de réguler la glycémie dans l’organisme. 

A côté de ce type de diète, il est fortement recommandé de consommer des aliments dont l’index glycémique est bas, c’est-à-dire inférieur à 35. Parmi ces derniers, il y a les légumineuses, les céréales, le son de blé, le tofu, les noix, les noisettes, les amandes, les fruits et les légumes frais, le chocolat noir et le fromage blanc. Les oligoéléments, qui améliorent le fonctionnement du pancréas, et les oméga-3 sont aussi à privilégier. Il est par ailleurs conseillé de boire une boisson à base de pulpe d’aloe vera ou une infusion de feuille d’olivier ou de manger du fenouil cru, car ces aliments ont la propriété de réduire le taux de sucre dans le sang.

Enfin, il est capital d’éviter les sucres rapides et les graisses saturées.

L'activité physique comme outil de gestion du stress et de prévention du diabète

Le sport est un des moyens les plus efficaces pour réduire le stress et prévenir le diabète. Il a, en effet, été démontré que chez une personne prédiabétique, il réduit son risque de 50 % de développer la maladie.

Il faut savoir qu’il agit sur la pathologie métabolique en :

  • Abaissant le taux d'hémoglobine glyquée, qui est l’indice de surveillance du diabète
  • Réduisant la masse graisseuse, ce qui atténue l'insulino-résistance
  • Augmentant la masse maigre, améliorant par conséquent de la sensibilité à l'insuline

Par ailleurs, l’exercice physique va diminuer les possibilités de présenter un diabète dû au stress en libérant des endorphines et de la dopamine ou encore la sérotonine. Ces hormones régulent l’humeur, abaissent le niveau des angoisses et améliorent le sommeil.

Parmi les disciplines les plus conseillées, il y a la marche, la course, le cyclisme et la natation.

Les bienfaits de la relaxation et de la méditation pour réduire le stress et prévenir le diabète

Parmi les techniques de gestion du stress qui sont les plus intéressantes pour limiter l’impact des pressions psychiques et prévenir le diabète, il y a :

  • La relaxation progressive : cette méthode, conçue par Jacobson, aide à atteindre l’apaisement via des contractions suivies de relâchements des divers groupes musculaires. Ceci favorise le dénouement des tensions physiques et psychiques.
  • La méditation : elle modifie le rapport au monde en le rendant plus bienveillant. Le sujet voit autrement sa réalité et ses perceptions et se montre, grâce à cette pratique, moins exigent envers lui-même ce qui réduit considérablement les angoisses. Des études ont montré que cette technique permet de réguler différentes constantes corporelles, dont le rythme cardiaque et le taux de sucre dans le sang. Ceci n’est bien évidemment possible que si elle est utilisée assidûment. 

Les différentes méthodes pour gérer et équilibrer le diabète dû au stress

Malheureusement, nous retrouvons une certaine banalisation du diabète dans les médias, et même par certains malades. Pourtant, la mauvaise prise en charge de cette pathologie peut donner lieu à une insuffisance rénale, à la cécité ou à des pathologies dégénératives. Le traitement médicamenteux est obligatoire pour éviter ces complications. Et afin d’assurer son efficacité, il est souvent capital de l’associer à d’autres méthodes thérapeutiques.

Le traitement médicamenteux du diabète lié au stress

Pour le diabète de Type 1 (DT1), le traitement devra être pris à vie et il vise à stabiliser la glycémie via l’apport de l’insuline qui n’est plus produite en quantité optimale par le pancréas. (Ameli, 2023)

Quant aux médicaments contre le diabète de Type 2, ils ont pour mission d’aider l’insuline présente dans l’organisme à être plus efficace, ils peuvent favoriser sa sécrétion, ralentir l’absorption ou accélérer l’élimination des glucides, …

Si l’état psychologique du patient et son niveau de stress le nécessitent, un anxiolytique ou un autre psychotrope pourra être prescrit avec précaution. En effet, certains anti-dépresseurs augmentent le risque d’apparition ou d’aggravation du DT2.

méthodes pour gérer et équilibrer le diabète dû au stress

L’importance de l’approche holistique  

Le traitement du diabète ne peut se faire par un seul intervenant. Ce dernier doit prendre le temps nécessaire pour établir l’anamnèse et bien décrypter le contexte qui a mené à la consultation. Ceci permet d’assurer une prise en charge holistique et personnalisée qui prend en compte les spécificités du malade.

Face à un diabète de type 2, par exemple, il capital qu’il y ait en plus de la médication, un suivi régulier de la glycémie et une prévention des complications, dont le risque cardio-vasculaire. D’après Braillard (2017), en plus de cela, il faut une éducation du patient visant à le pousser à modifier son hygiène de vie, à développer des compétences d’auto-soins et à accepter la maladie. 

Tout cela, doit être réalisé en complément avec le soutien psychologique, assuré certes par l’endocrinologue lors de l’annonce du diagnostic, mais idéalement poursuivi par un psychologue si le cas le nécessite.

La psychothérapie dans la réduction du stress et la régulation du diabète

En association avec les méthodes de gestion du stress et les techniques de relaxation, il se peut qu’une psychothérapie soit indiquée lorsque la détresse psychique est à l’origine de l’apparition du diabète.

Le spécialiste de la santé mentale choisira l’approche la plus adaptée au patient. Il est commun d’opter pour une thérapie d’inspiration cognitivo-comportementale (TCC) face aux troubles anxieux et aux difficultés à gérer les angoisses. Celle-ci modifie les cognitions et les représentations du sujet et elle l’outille pour que ses stratégies de coping avec les évènements anxiogènes deviennent plus efficaces.

Composer avec le diabète en gérant son stress au quotidien : témoignages

Voici deux témoignages de personnes qui ont appris à vivre avec leur diabète et à bien le gérer en utilisant, entre autres, des stratégies visant à réduire le stress.

J. , 28 ans : « J'ai plus ou moins bien accepté et géré ma maladie dès son  annonce vers mes 11 ans, mais je sais que le stress a un impact significatif sur ma glycémie. Par exemple, avant un examen, je constatais souvent une hyperglycémie, et c’était pareil avant une présentation. L’angoisse peut surgir à tout moment, même dans des évènements imprévus comme des problèmes de transport et c’est un véritable cercle vicieux : le stress provoque une hausse de ma glycémie, ce qui, en retour, intensifie mon niveau de stress. Pour contrôler cela, je recours depuis une dizaine d’années environ à la méditation. En parallèle, je fais gaffe à ce que je mange, je veille à suivre rigoureusement mon traitement médicamenteux et j’ajuste bien sûr les doses en fonction des variations de ma glycémie dues à mon état psychique. Cette approche globale m'a permis de mieux équilibrer mon diabète, et ce, même dans des situations stressantes. ».

A, 19 ans : « Diagnostiquée diabétique quelque temps après le décès de mon petit frère, j'ai d'abord eu beaucoup de mal à m’adapter et à suivre convenablement mon traitement.  Cela n’avait fait que multiplier ma détresse, je crois. Avec le temps et grâce à la disponibilité de mon médecin et de ma psychologue, j’ai appris à me familiariser avec mon nouveau quotidien, avec les stylos, puis avec la pompe à insuline et enfin avec le diabète en général. Il faut savoir qu’en parallèle, j’ai été bien conseillée par une cousine diabétique, elle aussi. Elle m’a recommandé de faire une activité apaisante pour trouver une certaine harmonie et ne plus voir de grandes fluctuations de ma glycémie. Aujourd’hui, je pense que le scrapbooking et l’équitation sont tout comme l’insuline, une médication à part entière. Ils participent grandement à mon équilibre au quotidien».

Conclusion

Le lien entre le stress et le diabète est solidement établi, comme l'ont démontré des recherches indiquant une interaction bidirectionnelle entre ces deux phénomènes. La prévention de la maladie métabolique implique l'adoption d'un mode de vie incluant l'exercice physique, une alimentation équilibrée, ainsi que des techniques de relaxation et de gestion du stress. En cas de diagnostic de la pathologie, une stricte adhésion au traitement et des consultations régulières chez le médecin sont essentielles. Dans certains cas, la psychothérapie peut aussi jouer un rôle crucial pour rétablir l'équilibre mental et somatique.

Prévenir et équilibrer le diabète via la gestion du stress
crossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram