Accueil Stress Quels sont les symptômes courants du stress ?

Quels sont les symptômes courants du stress ?

30 mai 2022
Rédigé par Inès

10 signes qui montrent que vous êtes en proie au stress

Selon le sondage réalisé par l’Observatoire du stress de la Fondation Ramsay Générale de Santé, 9 personnes sur 10 estiment être stressées. De plus, elles affirment que l’intensité de leurs angoisses est devenue plus importante au cours des 3 dernières années.

En effet, cet état psychologique a trouvé, durant ce siècle, un terrain idéal pour prospérer. Pandémie, milieu professionnel de plus en plus exigeant, manque de temps pour soi et pour ses relations, sont quelques-unes des causes qui font de nous des sujets de moins en moins à l’abri des tensions psychiques. Mais vu l’impact de ses dernières sur notre santé, il est important d’apprendre à repérer les signes de stress pour réagir rapidement et adopter des stratégies qui permettent de revenir à un état de bien-être.

Le stress : qu’est-ce que c’est et quelles sont ses causes ?

Étymologiquement, le terme stress vient du latin (stringere) et veut dire « resserrer » ou « rendre raide ».

Définition du stress

En 1926, il a été défini scientifiquement par Selye, comme étant un syndrome général d’adaptation, mis en place par l’organisme, pour retrouver une homéostasie perdue suite à la menace d’agents extérieurs. Ainsi, face au « danger », le sujet va passer par trois phases. Pendant celle d’alarme, des réactions physiologiques se mettront en place pour qu’il trouve la force nécessaire pour « combattre ou fuir » (to fight or to flight). Durant l’épisode de résistance, les baromètres physiologiques devront être régulés afin de permettre à l’individu de maintenir le niveau d’énergie requis le temps que le stimulus angoissant disparaisse. Enfin, au dernier stade, l’épuisement commence à se voir et les ressources physiques et psychiques sont complètement dépassées. (Fink, 2010).

Agents déclencheurs du stress

Selye pensait au départ que les mêmes causes déclenchaient les mêmes réactions chez tout le monde. Plus tard, cette définition a été revue et les recherches ont mené à la conclusion selon laquelle les déclencheurs du stress variaient d’une personne à une autre. Ainsi, ces derniers dépendraient de divers paramètres individuels comme la perception, les croyances, la personnalité, l’état psychique au moment de la confrontation avec l’agent susceptible de le stresser.

Cependant, il est possible de catégoriser les causes comme suit :

  • Le travail : Il s’agit du principal facteur déclencheur. En effet, le salaire est ce qui permet à une personne de subvenir à ses besoins. Ainsi, la moindre pression dans le cadre professionnel, constitue une menace de perte d’emploi pour le sujet. Ceci le placerait dans l’incertitude par rapport à son avenir. Et les stresseurs sont divers : sous ou surcharge de travail, exigences des supérieurs, flou par rapport à son poste, manque de reconnaissance…
  • Les relations sociales : le harcèlement, les disputes, la perte d’un ami ou d’un proche, l’agressivité, la mauvaise entente entre voisins…
  • Les soucis d’ordre financier : le chômage, les factures impayées, les dettes…
  • Les problèmes personnels : la survenue d’une maladie grave ou chronique, le manque d’estime de soi…
  • L’environnement : des bruits continuels dans le voisinage, une pandémie, un accident…

10 symptômes psychologiques et physiques du stress

Le stress se déclare à travers un florilège de symptômes qui peuvent être très handicapants au quotidien. Ils peuvent toucher les sphères : psychique, cognitive, musculosquelettique, gastro-intestinale, dermatologique et cardio-vasculaire.

Irritabilité

Elle est définie, par le dictionnaire de la psychologie (1999), comme une hypersensibilité aux stimuli extérieurs et une réaction à ces derniers par de la colère, de l’hostilité et des comportements qui peuvent être agressifs. Les personnes stressées manifestent une irritabilité disproportionnée. En effet, le stress accapare tellement leurs pensées et leur psyché qu’elles sont inaptes à se dégager de ces perceptions et de prendre du recul par rapport aux évènements qu’elles vivent.

Trouble de l’attention

Le stress réduit les capacités attentionnelles et de concentration. Oublis, erreurs et maladresses sont souvent relevés par l’entourage ou les collègues. Cela a été scientifiquement corroboré par une expérience menée par Vedhara et ses collaborateurs (2000). Ils ont noté une altération de l’attention chez les sujets placés dans une situation anxiogène.

État dépressif

Le stress, sa symptomatologie et ses diverses réactions physiologiques (neuro-inflammation, production de la sérotonine…) peuvent être à l’origine de l’apparition d’états dépressifs. En effet, le fait d’être toujours assailli par les angoisses et ne plus pouvoir jouir des moments de bonheur quotidien, isole de plus en plus le sujet et le pousse petit à petit dans le gouffre de la dépression.

Palpitation cardiaque

Lors de la phase d’alarme du modèle conçu par Selye, l’organisme va déclencher la sécrétion des catécholamines (adrénaline et noradrénaline). Ces derniers agiront directement sur les artères pour provoquer une vasoconstriction et entraîner une accélération du rythme cardiaque. Le cœur battra la chamade lors d’un stress aigu et de la confrontation à un événement anxiogène. Mais même en cas de stress chronique, des palpitations cardiaques seront souvent constatées.

Tension musculaire

On disait qu’étymologiquement le terme stress renvoyait au fait de devenir raide. C’est ce qui se passe effectivement sur le plan physique. Le stress va déclencher une raideur musculaire et une très forte tension. Cette dernière peut même être douloureuse au niveau de la zone de la nuque et des trapèzes. On parlera alors de cervicalgies générées par cet état psychique.

Troubles cutanés

Les liens entre les tissus de l’épiderme et ceux du système nerveux sont très étroits. Et lorsque le stress est prolongé, cela se voit sur la peau. On pourra alors observer des manifestations spécifiques à diverses dermatoses. Il pourrait y avoir des poussées d’acné sur le bras et sur le visage, de l’urticaire, des plaques d’eczéma

Maux de tête

Les céphalées de tension sont ces maux de tête, généralement dus au stress, et qui se manifestent suite aux contractions musculaires. L’individu, victime d’angoisse, se plaint souvent, en fin de journée, de l’impression d’avoir un étau douloureux autour du crâne.

Maux de ventre

Après le système nerveux central, le système digestif constitue le plus grand centre névralgique du corps humain. Et ces deux entités sont en interaction. Le stress de l’un se répercute sur l’autre donnant lieu à de multiples symptômes gastro-intestinaux comme les douleurs au ventre ou à l’estomac… Parfois, cela se complique encore plus et dépasse le stade de la douleur pour donner naissance à des ulcères.

Insomnie et fatigue

Parmi les hormones du stress les plus connues, il y a le cortisol. En cas de stress chronique, il va être sécrété à forte dose régulièrement. L’élévation de ce taux au moment du coucher va donner lieu à des insomnies. Ces dernières auront pour conséquence une fatigue continuelle. Celle-ci peut également être causée par la sur-stimulation des glandes surrénales.

Trouble alimentaire

Le stress peut donner lieu à des comportements alimentaires variés. En effet, en agissant sur les neuropeptides Y, le cortisol va générer des fringales et de la boulimie. Mais il se peut aussi, qu’avec l’apparition d’une symptomatologie d’allure dépressive, il y ait au contraire une perte d’appétit.

Les moyens naturels pour vaincre le stress et guérir ses symptômes

Dès le repérage des premiers signes physiques ou psychiques du stress, il est important de se prendre en charge et d’auto-gérer son état. En effet, il est tout à fait possible de recourir à des moyens accessibles et naturels pour retrouver la sérénité.

Selon Lebel (2013), pour atteindre la paix, il faut se fixer trois objectifs : mieux se connaître, apprendre à contrôler ses réactions physiologiques et ses comportements, et enfin, mettre en place des habitudes de vie saines.

En ce qui concerne le premier but, la sophrologie et la méditation pourraient aider à l’atteindre. Ces pratiques donnent du recul par rapport aux ressentis et permettent d’accepter les émotions telles qu’elles viennent.

Quant au yoga, à la respiration abdominale et à la visualisation, elles arment la personne des outils nécessaires pour atteindre la deuxième ambition. Elles facilitent l’endormissement et réduisent la fatigue ainsi que l’irritabilité.

Enfin, adopter une hygiène de vie, comprend un régime alimentaire anti-oxydant ainsi qu’une limitation de la consommation de la caféine, de l’alcool et du tabac. Un éloignement de la lumière bleue des écrans permet aussi de favoriser un sommeil reposant. Il en est de même pour la marche régulière.

Conclusion

Le stress et ses symptômes sont gênants, car ils déconnectent la personne de son quotidien et l’empêchent de vivre normalement. Mais, le plus grave dans tout cela, c’est qu’ils épuisent le sujet aussi bien mentalement que physiquement. Et cela peut s’observer quand ça en arrive à provoquer des pathologies assez graves touchant la sphère digestive ou cardio-vasculaire. Il faut savoir, qu’en plus des moyens naturels précédemment cités, d’autres méthodes permettent de combattre rapidement les angoisses.

Les auteurs de cet article :
Inès
Inès, Psychologue Clinicienne
Source
Dernière révision le 30 mai 2022
crossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram