Accueil Stress Comment calmer les douleurs côté droit sous les côtes liées au stress ?

Comment calmer les douleurs côté droit sous les côtes liées au stress ?

30 mai 2022
Rédigé par Inès

Est-ce que le stress peut provoquer des douleurs intercostales ? Comment ? Que faire pour les calmer ? Comment vaincre la source de ces troubles (le stress ) ? On vous répond dans cet article !

Les douleurs intercostales sont toujours très angoissantes. La personne qui les ressent s’imagine souvent que c’est le signe d’un problème de santé plus grave. Pourtant, très souvent, ce n’est pas une véritable pathologie somatique qui les cause, mais le stress psychologique. En effet, parmi les symptômes de cet état mental, il y a des douleurs thoraciques, dont celles qui touchent les côtes d’une manière bilatérale ou unilatérale. Pour les soulager, il est possible de recourir à des méthodes naturelles. Mais pour en finir une fois pour toutes, l’apprentissage de la gestion des angoisses est l’unique remède efficace à long terme.

Comment le stress provoque-t-il les douleurs intercostales ?

Le panel de symptômes provoqués par le stress est impressionnant. Il agit à chaque fois, via divers mécanismes, pour déclencher des douleurs ou carrément des troubles qui touchent divers organes : peau, estomac, cou, et même les côtes.

Les douleurs intercostales à droite

Il s’agit de douleurs qui se situent au niveau des parois du thorax, à l’intérieur des côtes. La personne a l’impression, qu’elle a reçu un coup de couteau qui lui fait très mal ou qui la brûle. Cela est souvent dû à une irritation voire une inflammation d’un nerf ou d’un muscle de la cage thoracique. Généralement, une impression d’étouffement et de souffle coupé accompagne l’algie. Les symptômes vont être amplifiés par le fait de bouger la colonne vertébrale, de parler, de respirer, de rire ou d’éternuer.

Elles peuvent être causées par diverses causes somatiques d’ordre respiratoire, digestif ou même cardio-vasculaire. Le zona aussi peut être à l’origine d’une névralgie pariétale. Cependant, les recherches scientifiques ont montré qu’elles ont aussi très souvent une origine psychogène. Les personnes stressées, dépressives ou souffrant de fibromyalgie, sont les plus à même de les éprouver. (Herzig, 2007).

Mécanisme de déclenchement des douleurs intercostales par le stress

Le stress dispose de divers moyens pour déclencher des manifestations intercostales. Il peut d’abord provoquer des contractions musculaires. En effet, face à un événement anxiogène, l’ensemble de la musculature se contracte rapidement pour préparer le corps à réagir. Ce type de processus physiologique peut donc engendrer des douleurs sous les côtes du côté droit, par exemple.

Par ailleurs, nous savons que dans le cas de ce type de névralgies, les glycoprotéines portant le nom de cytokines sont retrouvées dans le sang (Houvet, 2008). Or, l’organisme du sujet stressé libère justement une forte quantité d’interleukines qui sont responsables de l’inflammation qu’on peut trouver dans cette zone du corps humain. Ces protéines sont sécrétées lorsque le stress active le système neuroendocrinien qui comprend l’hypothalamus, l’hypophyse et les glandes surrénales.

Par ailleurs, il est important de noter que ces algies ne devraient pas excéder quelques minutes. Et si elles se répètent, il est impératif de consulter rapidement le médecin traitant pour éliminer les causes non psychogènes, cardiaques ou pulmonaires.

Douleur côté droit sous les côtes : 3 astuces pour se soulager

Le point douloureux sous les côtes peut même irradier derrière le dos. Assez handicapant, il rend les mouvements ou les fonctions vitales, les plus simples, difficiles. Il devient alors urgent de vite se débarrasser de ces sensations pour reprendre une activité normale.

Prendre des précautions lors de l’activité sportive

Selon la littérature médicale, nous retrouvons que les sportifs font partie de la population qui affiche le plus ce type d’algies. Il est donc important de prendre ses précautions avant de faire ses exercices. Pour cela, il est recommandé de faire du sport au moins 2 heures après le dernier repas. Il faut aussi boire de petites quantités d’eau lors de la pratique sportive. Enfin, il est important de respirer de manière ample et profonde pendant l’activité physique, et même en dehors de ce laps de temps. Tout cela permettra au sang de circuler de manière fluide et empêchera les inflammations.

Faire des exercices pour soulager la douleur

Les médecins, les ostéopathes et autres coachs sportifs recommandent divers exercices physiques qui permettent de calmer la douleur dans les côtes, qu’elle soit à droite ou bilatérale. Parmi ces derniers, il y a les étirements pectoraux. Il suffira alors de se mettre en face d’un coin de mur, de placer les coudes dans un angle perpendiculaire au corps puis de se laisser tomber. Il faut réussir à maintenir cette position une trentaine de secondes avant de prendre une pause d’une minute, puis de recommencer (Desbiens, 2018).

Il est aussi conseillé d’étirer le grand dorsal pour ouvrir les espaces intercostaux. Il faudra alors lever le bras droit vers le haut et se pencher vers le côté gauche. Ensuite, il faut faire pivoter le buste vers l’arrière. Enfin, il faut respirer très profondément pour apaiser les algies.

Recourir à l’homéopathie

En découvrant l’homéopathie et ses principes, Hahnemann a ouvert un énorme champ de traitement pour diverses pathologies. En effet, cette médecine douce est très efficace pour soulager les maux physiques et psychiques. Dans le cas des douleurs intercostales causées par le stress, les traitements homéopathiques peuvent aussi bien remédier à l’état psychologique qu’aux algies. Pour venir à bout de ces dernières, les médecins prescrivent généralement, 3 granules d’Hypericum perforatum 7 CH. Ce dosage doit être pris chaque heure jusqu’à la disparition de la sensation douloureuse. Il peut être associé à une dose d’Arnica Montana 15 CH, qui a en plus des effets anti-inflammatoires.

Comment vaincre le stress pour guérir durablement les douleurs intercostales ?

L’académicien François Guizot disait : « ce n’est pas dans ses effets qu’on attaque un mal, c’est dans sa cause. ». Et c’est exactement ce qu’il est indiqué de faire face aux divers symptômes du stress. Ce dernier range la personne de l’intérieur, l’affaiblit, l’isole et la rend malade. S’obstiner à soulager ou à soigner les signes d’alerte que l’organisme envoie, ne sera d’aucune utilité si on recherche un bien-être physique et psychique de longue durée.

Et pour calmer ses angoisses, il est possible d’adopter des stratégies assez efficaces selon De Mesmaeker (2011). Le fait de prendre du recul par rapport aux stresseurs est une tactique qui réussit tellement que la psychothérapie cognitivo-comportementale s’en inspire. Pour arriver à relativiser, il faut se mettre à la méditation. Cette pratique permet de mieux comprendre ses émotions, ses ressentis, ses comportements et les besoins qui les motivent. Elle permet aussi de s’ancrer dans le présent et de ne plus avoir de perceptions déformées de certaines situations. Avec la respiration abdominale, elle permet de gérer même les réactions physiologiques et d’éviter ainsi les effets nocifs du stress sur l’organisme.

Parmi les autres méthodes qui permettent de mieux dompter son état psychologique, il y a le renforcement de ses capacités adaptatives. L’organisation et la priorisation des tâches permettent de gérer le quotidien plus efficacement. Se montrer moins perfectionniste et accepter de déléguer certaines missions permet aussi de baisser le seuil de pressions que l’on se met.

Conclusion

Les douleurs intercostales d’origine psychogène sont gênantes, handicapantes mais rarement dangereuses. Certaines précautions à prendre au moment de l’exercice physique et des méthodes s’apparentant à la médecine douce permettent de les éliminer ou de les éviter. Mais le plus important à soigner dans tout cela, c’est l’état psychique qui en est à l’origine. Pour cela, il y a diverses méthodes naturelles comme les huiles essentielles, les fleurs de Bach ou le coloriage anti-stress.

Les auteurs de cet article :
Inès
Inès, Psychologue Clinicienne
crossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram